samedi 1 août 2015

Ce coeur changeant

rentrée littéraire 2015

Agnès Desarthe, Ce coeur changeant, éds de L'Olivier

Mon coup de coeur:
Cette histoire commence et se termine dans la demeure familiale des Mathissen à Soro au Danemark. Entre ces deux séquences il y a  25 ans de la vie de Rose, née en 1889 de l'union malheureuse entre Kristina Mathiessen -une aristocrate danoise malveillante, égocentrique et séduisante- et René de Maisonneuve, un officier français docile, sans ambition et disgracieux.
A l'âge de 20 ans, Rose débarque à Paris avec pour seuls bagages son inébranlable optimisme, le riche enseignement qu'elle a reçu et un vieux souvenir d'enfance. "Elle connaissait plusieurs pays, plusieurs continents, avait mangé du serpent, du singe, patinés sur des lacs gelés, bu du champagne, de l'aquavit (...) parlait le danois, le français, l'anglais, prononçait avec talent plusieurs motrs de Dioula, avait lu Alexandre Dumas, récitait joliment les sonnets de Schakespare, les déclinaisons latins (...)" et portant la réalité va d'emblée se montrer cruelle envers elle. Ne connaissant "rien de l'argent, des hommes, de la politique, du sexe", la jeune femme va être confrontée à la rudesse de la vie des quartiers populaires parisiens et connaître un parcours tortueux et éprouvant qui l'obligera à de nombreux sacrifices et à énormément de patience et d'abnégation. Nous la découvrons ainsi successivement femme de ménage, fumeuse d'opium, maîtresse d'une célèbre féministe tenant un salon les plus prisés de l'époque, mère sans domicile fixe ou journaliste. Rose ne cesse de se métamorphoser. Page après page, nous assistons aux épisodes les plus déterminants de sa vie: ses premiers emplois, son premier amour et la terrible douleur éprouvée suite à la perte de ce dernier, la détresse et la perplexité d'être éloigner de ceux qu'elle aime, la force de caractère dont elle fait preuve lorsqu'il s'agit de survivre ou encore sa faculté à évoluer dans les hautes sphères de la société. Il n'existe aucune juste mesure dans les épreuves qu'elle endure. Et bien que la vie ne lui offre que peut de répit (humiliation, pauvreté, abandon...), Rose fait preuve d'une incroyable force de caractère, d'une indéfectible gentillesse et  une grande adaptabilité: "Chaque jour, ou presque,elle découvrait en elle-même un nouveau savoir-faire, une connaissance ignorée jusqu'au moment où celle-ci lui devenait indispensable."
Parallèlement à cette hagiographie qui se construit au fil des pages, le récit est entrecoupé de fragments éclairant sa vie passée. Celle qu'elle a vécue auprès de sa manipulatrice de mère, de son incapable de père et de Zelada sa si tendre et extraordinaire nounou. Et si nous -lecteurs- sommes les témoins de toutes ses infortunes, Rose est elle-même le témoin des changements qui marquent son époque. Non seulement le roman nous entraîne des bas-fonds parisiens aux salons les plus luxueux de France et du Danemark mais il fait aussi défiler sous nos yeux 45 ans de l'histoire de la société et de la vie intellectuelle parisienne (et dans une moindre mesure danoise), relate minutieusement la désagrégation d'une famille et nous plonge dans les coulisses de l'Affaire Dreyfus, de la Grande Guerre et des Années Folles. Cela fonctionne d'autant mieux que le récit est porté par des personnages fortement caractérisés. Certes il y a Rose, ses parents et Mama Trude -sa grand-mère maternelle- mais il y a surtout de nombreux personnages secondaires dont la présence rythme le récit et marque à chaque fois un tournant dans la vie de Rose. Parmi ces derniers il y a Marthe la propriétaire du bar dans lequel Rose va commencer sa vie parisienne, Emile son fiancé, Louise son amoureuse et Arthème le jeune poète. Au final, chacun des personnages rencontrés et chacune des tragédies vécues ne sont que des jalons dans le long et douloureux chemin qui permettra à Rose de découvrir qui elle est réellement.

Avec un sens indéniable de la dramaturgie, Agnès Desarthe nous livre un grand roman d'apprentissage tout autant qu'une fresque familiale tragique. Savamment construit, le récit nous fait voyager à travers 45 ans de faits historiques et de destins singuliers. L'utilisation judicieuse des analepses nous révèle avec parcimonie le passé de Rose tout en nous éclairant sur ce qu'elle vit présentement, et ce jusqu'au moment où -au terme du roman- elle se révèle à elle-même et aux lecteurs. Avec ce personnage fragile, attendrissant mais aussi d'un optimisme et d'une vitalité à toute épreuve, l'auteur réussit à concilier dans un même récit du Dickens, du Zola et du Karen Blixen. Enfin, Ce coeur changeant entremêle intelligemment ironie et tendresse, légèreté et tragédie. Grâce à ce roman follement romanesque et distrayant, Agnès Desarthe nous offre un très agréable moment de lecture. 


L'auteur:
Normalienne et agrégée d'anglais, Agnès Desarthe est née en 1966.  D'abord traductrice (de Loïs Lowry, Anne Fine, Cynthia Ozick, Jay McInerney et Virginia Woolf), elle est aussi l'auteur de nombreux romans y compris pour la jeunesse et d'essais littéraires :
Un secret sans importance (éds de l'Olivier, 1996 ), Prix France Inter
Mangez-moi (éds de l'Olivier, 2006)
Le Remplaçant (éds de l'Olivier, 2009), Prix Marcel Pagnol et Prix du roman Version Femina - Virgin Megastore
Dans la nuit brune (éds de l'Olivier, 2010), Prix Renaudot des lycéens




6 commentaires :

  1. J'avais hâte de lire les premiers billets sur ce livre, j'ai beaucoup aimé "Comment j'ai appris à lire" -merci pour ce billet qui me donne vraiment envie de lire ce nouveau roman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire. N'hésite pas à lire ce roman car ce fut pour moi un chouette moment de lecture.

      Supprimer
  2. Je suis plus mitigée que toi mais au moins, elle a le mérite d'inventer une histoire et je lui suis gré de ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cette faculté à inventer une intrigue et sa manière de la déployer qui m'a justement séduite. Personnellement j'ai facilement été accrochée par cette histoire qui m'a fait voyager du Danemark à la France sur différentes périodes. J'aime aussi la trame historique qui parcourt l'ensemble de ce roman.
      En tout cas merci pour ce point du vue. A bientôt via nos blogs respectifs (http://parenthesedecaractere.blogspot.fr/) !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Je ne peux que te conseiller cette lecture car elle m'a d'emblée emportée dans tous les sens du terme.
      A bientôt par blogs interposés ;-)
      https://lavienenrose.wordpress.com/

      Supprimer